Rechercher:

Vélo de ville


L'entretien et les outils

Il y plusieurs manière d’entretenir son vélo:

  • Faire appel à un professionnel
  • Le faire soi-même
  • Faire appel a un(e) ami(e), la famille…

Chacun suivant ses goûts, ses talents et ses moyens.
Un vélo est une machine d’apparence simple mais avec beaucoup de détails subtils et la complexité est parfois cachée.
Il y a une satisfaction personnelle à entretenir son vélo soi-même mais dans tous les cas, certains gestes de bases devraient être connus de tous, même ceux qui ne se sentent pas l’âme d’un mécanicien.

Ce que tout cycliste doit savoir faire

  • Remettre la chaîne en place après un déraillement
  • Vérifier et ajuster la pression des pneus (la pression maxi est écrite sur le pneu).
  • Réparer une crevaison, changer pneus et chambres à air
  • Régler la tension des freins
  • Nettoyer/Graisser la chaîne
  • Savoir définir la ‘bonne position’ sur un vélo pour être efficace et ne pas souffrir
  • Régler/resserrer les éléments ajustables (selle et guidon)
  • Sur une boite de vitesse, vérifier et régler l’indexation - impératif
  • Si vous avez une suspension réglable, comment la régler
  • Surveiller ce qui peut se dévisser

Les outils de base que tout le monde doit avoir

Il va de soi que vous avez déjà une trousse à outils avec laquelle vous vous promenez en permanence lorsque vous faites du vélo, les outils ci-dessous viennent en plus.

Pompe à vélo d’atelier, les mini-pompes sont très peu efficaces et très fatigantes, une pompe fixe est nécessaire pour le regonflage périodique des pneus (environ une fois par mois, un peu moins avec des chambres de haute qualité). Ce genre de pompe peut aussi s’utiliser sur vos pneus de voiture et je le préfère aux pompes à piedDu lubrifiant, qui n’a absolument pas besoin d’être ‘spécial vélo’, car l’étiquette ‘vélo’ augmente souvent le prix sans nécessité. Ici une bombe de graisse pénétrante multi-usage et une burette d‘huile fine de vaseline. Il existe des pages entières concernant la lubrification des chaînes, la seule chose vraiment importante à savoir est que vous devez dégraisser (avec de l’essence, du gasoil, de l’essence ‘F’ ou des produits spécialisés) avant de re-lubrifier parcimonieusement mais sans oublier un seul maillon.
Une clef hexagonale, ici un modèle ultra-basique en acier pas particulièrement robuste mais infiniment préférable au desserrage avec une pince (!) ~5 euros

Les outils non indispensables mais pratiques

Une clef ‘Allen’ ‘étoile’ est plus pratique que le multi-outil que vous promenez avec vous, ~ 6 euros. Pour les tournevis, des modèles ordinaires sont parfaitsUne cale de réglage des V-brake avec un outil de tension de câble. Régler les ‘V-brake’ est un exercice qui nécessite un certain tour de main et requiert plus ou moins trois mains. Ces accessoires peuvent aider pour cette manœuvre d’entretien courante. Cale de réglage ~8à10 euros et pince tire-câble ~15 à 25 Euros
Un accessoire pour dégraisser la chaîne avant de la re-lubrifier, Il existe des dizaines de types de lubrifiants pour chaîne, ici un type avec comme souvent, du PTFE(Téflon) incorporé ~10 euros

L’entretien qui peut être délégué

Quelques opérations que vous pouvez déléguer, mais qu’il est intéressant de savoir faire - et essentiel en randonnée

  • Régler les dérailleurs
  • Lubrifier ce qui doit l’être
  • Changer/raccourcir une chaîne
  • Régler le centrage des freins (V-brake)
  • Changer les patins de frein (tous types) et régler leur orientation (V-brake)
  • Changer les câbles et gaines de frein/de dérailleurs
  • Vérifier l’usure de la chaîne (avec l’outil adéquat)
  • Refaire la connectique de la dynamo (qui a tendance a casser après un certain nombre de démontages)
  • Vérifier le câblage électrique des feux
  • Ajouter des accessoires: Rétroviseurs, écarteur de danger, béquille, suspension de selle

Il faut quelques outils, mais pour un entretien courant, on peut faire avec peu mais l’usage d’outils adaptés est incontournable.
Un vélo utilitaire est en général équipé de composants très standard et son entretien est donc plus facile que celui d’un VTT ou d’un vélo de route plus à la pointe de la technologie.

Les outils d’entretien courant

Une pince coupe-câble. Cette pince coupante de bonne qualité n’est pas une vraie pince coupe-câble mais peut dépanner pour une opération qui est relativement peu fréquente. Une ‘vraie’ pince coupe-câble coûte quinze à vingt euros. Un câble en inox est difficile à couper et il faut une pince de qualité.Un dérive-chaîne d’atelier si vous n’avez pas de dérive-chaîne de voyage (parfois sur certains multi-outils)
<< Un outil de mesure d’usure de chaîne

Si vous intervenez sur le circuit électrique d’éclairage, il vous faut un multimètre de base. J’ai un Schneider IMT23002, simple et robuste, peu couteux pour du matériel de marque, de fabrication Chinoise mais il n’est plus produit.

Vous aurez peut-être noté qu’il n’y a ni brosse ni accessoire de nettoyage dans cette liste. Un vélo de ville n’est pas un VTT et son nettoyage peut être très limité. Je dois nettoyer le mien une fois tous les deux ans, et encore… En fait, le seul moment ou je le nettoie un peu, c’est lors de l’entretien, généralement les changements de patins de freins. Un vélo sale attire (un peu) moins les voleurs…

Les opérations d’entretien plus rares

  • Remplacer l’éclairage
  • Changer les pédales
  • Changer le carter de chaîne
  • Déposer le plateau et sa manivelle
  • Remplacer la cassette/Le pignon arrière
  • Régler le jeu de direction
  • Changer un rayon(randonnée) et dévoiler une roue

Les outils spéciaux pour l’entretien

Ce genre d’outil dépend du type d’équipement de votre vélo.

Extracteur de manivelle standard, qui sera valable pour les vélos courants (mais pas tous les VTT)Outil pour démonter un boitier de pédalier, pour les boitiers courants dits ‘BSA’ de 68 ou 73 mm de large, pour les vélos ordinaires (mais pas pour tous les VTT)
Cette grande clé (31 cm) d’ouverture 15mm est destinée au démontage des pédales, qui sont souvent un peu récalcitrantes. Elle peut aussi servir au démontage des roues à écrou qui sont aussi en 15. Mais il vaut mieux éviter de resserrer une roue avec une clef aussi grande.Du dégrippant est parfois utile pour démonter des pièces au remplacement peu fréquent. Mais il est très important de se souvenir que le dégrippant, ce n’est pas du lubrifiant, ça contient d’abord et avant tout des produits qui dissolvent. Comme les produits de ces bombes sont légèrement gras (la base est du pétrole lampant), ils peuvent lubrifier un peu, mais ce n’est pas durable car ils vont s’évaporer rapidement. On lubrifie avec de l’huile ou de la graisse, pas avec des solvants.

L’extracteur de manivelle et le démonte pédalier peuvent être nécessaires pour le remplacement d’un carter de chaîne sur un vélo de ville qui est une pièce sujette à de la casse (j’ai remplacé deux fois le mien sur mon vélo de ville), mais uniquement si vous remplacez l’attache du carter.
Le démontage d’une ‘cassette’ de pignons nécessite une clef spéciale mais le démontage d’un pignon de boite de vitesse ne requiert pas d’outil spécial, juste un petit tournevis ou une pointe dure.
Vous avez aussi des outils spécialisés pour le remplacement des roulements du jeu de direction.

Un pied d’atelier support de vélo. On peut s’en passer (je n’en ai pas) mais c’est plus agréable de travailler avec. A acheter si vous faites l’entretien de nombreux vélos ou si vous avez un VTT. On en trouve à partir de 40 euros.

Les marques d’outillage

La marque d’outillage vélo la plus connue est Park Tool(USA) et est utilisée par beaucoup de professionnels. Vous avez en photo quelques outils de marque IceToolZ(Taïwan) nettement moins chers et très suffisants pour un usage amateur. Il y a aussi les marques Super B(Taïwan) , Cyclus tools(Allemagne), Birzman(Taïwan) ou VAR(France). Beaucoup d’outils sont distribués (mais pas toujours fabriqués) par des marques d’accessoires connues comme Topeak(Taïwan), BBB(Pays-Bas) ou XLC(Accel group: Pays-bas), généralement de qualité correcte. Méfiez vous de l’outillage de marque inconnue qui peuvent être suffisant pour un usage intermittent mais c’est un peu aléatoire et ce n’est pas toujours moins cher. Achetez le matériel vélo dans des boutiques spécialisées, pas sur Amazon, ce sera moins cher et moins risqué.

De l’aide avec les ateliers ‘participatifs’

Pour ceux qui souhaitent apprendre et ne peuvent avoir d’aide de leur environnement immédiat, il existe beaucoup d’ateliers ‘participatifs’ ou vous pouvez trouver de l’aide lorsque vous réparez votre vélo (vous-même! - ce n’est pas un travail délégué à des bénévoles). Et il faut bien le dire, les conseils des amis ou de la famille ne sont pas toujours judicieux…
Méfiez vous aussi des vidéos Internet. Quand je vois certaines vidéos ou l’auteur dévisse les écrous à la pince universelle ou à la pince multiprise, je frémis… Les vis et écrous se serrent et se desserrent avec la clef ou le tournevis approprié. Le bon type et la bonne taille… Une vis à tête cruciforme Pozidriv ne se desserre pas avec un tournevis cruciforme Phillips, même si les têtes se ressemblent beaucoup! Il n’est nullement nécessaire d’être un mécanicien professionnel pour comprendre que les outils ont un rôle précis.

Le réseau d’atelier participatifs en France est ici:

L’heureux-cyclage publie un Wiki spécialisé sur le vélo, le Wiklou

Entretenir un vélo de supermarché (autrement appelé VDM…)

Il faut aussi assumer ses choix. Si vous avez acheté un vélo dans un supermarché, pratiquement aucun professionnel n’acceptera de l’entretenir ou de le dépanner, ce pour plusieurs raisons:

  • La remise en état du vélo va coûter une fraction non négligeable du prix du vélo neuf, voire plus cher que son prix d’achat et beaucoup de clients vont crier ‘au voleur’. Autant éviter les conflits et refuser les réparations.
  • Le risque de casse lors d’une réparation est important et peut couter cher et prendre beaucoup de temps pour remplacer la pièce brisée.
  • La fragilité intrinsèque du vélo peut faire qu’une pièce critique casse même après un entretien soigneux, entraînant une responsabilité juridique pour le réparateur.

Donc, si vous avez acheté un vélo en supermarché, vous êtes condamné à l’entretenir vous-même. Mais si vous avez fait ça, c’est que vous ne connaissez rien au vélo. Un vélo à 150 euros, ça n’existe pas, vous aurez un ‘objet en forme de vélo’ mais rien qui soit réellement utilisable de manière suivie et ne crève pas en permanence. Le prix d’un vélo de base utilisable régulièrement commence à 500 euros et pour ce prix là, n’espérez pas de merveilles, juste un vélo ‘normal’ assez lourd.
Pas de problème, on apprend de ses erreurs et il va falloir vous prendre en main. Il y a au moins un avantage aux vélos de supermarchés, les pièces sont relativement standardisées, donc en principe faciles à trouver. Le deuxième avantage, c’est que l’entretien étant relativement important, vous vous formerez plus vite…

Vous pouvez aussi parfois demander de l’aide sur Internet, mais pas avant d’avoir consulté les fiches techniques et de bien connaître avec précision le nom des pièces dont vous parlez. Il y a parfois des gens très doués sur les forums mais aider les gens à distance, ce n’est pas pratiquer la divination ni la magie noire. Comme d’habitude, évitez les interprétations personnelles et tenez vous en aux faits, rien qu’aux faits.

Pour les pièces, si vous les achetez sur Internet, souvenez vous qu’Amazon relève plus du souk oriental que d’une vraie boutique, achetez vos pièces dans des boutiques spécialisées qui auront l’avantage d’être sensiblement moins chères (sisi, je vous assure). Pour le choix des boutiques, je vous conseille d’aller voir ma page Supplique aux boutiques ou vous aurez des critiques et comparaisons. Vous y verrez que même sur les boutiques spécialisées, il y a beaucoup de carences et d’approximations.

Décathlon

Décathlon occupe une place unique sur le marché du vélo. C’est le premier vendeur de vélos en France et il vends des vélos a des prix relativement tirés. Par contre contrairement aux supermarchés, Décathlon assure l’entretien des vélos qu’il vend. Un premier point très important: Décathlon offre gracieusement le premier entretien (en principe au bout d’un mois). Si vous avez acheté un vélo chez eux, il est absolument indispensable que vous alliez faire cet entretien et que vous ayez utilisé le vélo le plus possible avant cette ‘première révision’ (au moins 500 km). L’une des raisons est que les roues des vélos Décathlon sont montées ‘un peu trop vite’ et qu’elles risquent de voiler rapidement, ce qui sera repris lors du premier entretien. Une autre raison est que le serrage de certaines pièces n’est pas toujours assuré correctement. Lors de cette révision, il y aura aussi une vérification du serrage des vis et autres pièces critiques. Le desserrage de certaines vis peut s’avérer dangereux et une revue générale du vélo améliore votre sécurité. Il peut aussi y avoir des pièces défectueuses qui seront changées gratuitement. Bref, cette première révision permet de corriger certains problèmes des ‘vélos pas chers’.
Vous trouverez souvent des critiques sur la qualité de l’entretien chez eux. En fait, il n’y a pas vraiment de règle, certains magasins ont un bon atelier, d’autre non, ça dépend essentiellement des personnes qui gèrent l’atelier.

Liens et références

Beaucoup de sites sur l’entretien des vélos portent sur l’entretien des VTT ou des vélos de route, qui est plus exigeant que celui d’un vélo ordinaire et nécessite plus souvent un outillage spécialisé. Un vélo utilitaire est ce qu’il y a de plus simple à entretenir.
On trouve un guide d’entretien relativement complet avec des fiches techniques par sujet ici:

Les opérations délicates:

Un des problèmes les plus courant, surtout avec des vélos à bas coût, ce sont les roues qui se voilent. Dévoiler une roue est un exercice délicat et même certains professionnels ne font pas ça correctement. Il faut être patient et il est souhaitable d’avoir l’oreille musicale (le son d’un rayon dépend de sa tension).

(c) Pierre ROUZEAU
Privacy - Vie privée - Imprimable - Rechercher
Page mise à jour le 19/05/2020 13:45