Vélo de ville


Edit:06 sept. 2019, Cre:06 sept. 2019

Pourquoi je roule à vélo ?

J’espère que mes lecteurs me pardonneront d’aborder des motivations personnelles, mais il me semble que cela peut avoir une valeur didactique.

Même si j’ai la conviction profonde (que j’essaie de faire partager) que le transport à vélo est bénéfique pour l’ensemble de la société par la réduction de la pollution, du bruit, de l’espace occupé et de l’utilisation des ressources, je roule à vélo avant tout pour des raisons égoïstes. Et ce genre de raisons tient plus longtemps que des motivations altruistes.

Il y a un peu plus de dix ans, j’ai vendu ma maison et je me suis retrouvé dans un appartement. Ayant un travail très sédentaire, même si j’évitais de prendre l’ascenseur, il m’est très rapidement apparu que je devais avoir un minimum d’activité physique sinon je risquais d’avoir de sérieux problèmes. Dans une maison, on bouge beaucoup , d’autant plus s’il y a un étage, surtout que j’avais installé mon bureau à l’étage et cette activité est souvent suffisante pour rester en bonne santé. A contrario, dans un petit appartement, l’activité physique se réduit a pratiquement rien et si la sédentarité n’est bonne pour personne, plus on avance en age, plus elle présente un risque important.
J’ai donc acheté un VTC (vélo tout chemin), mon premier vélo depuis trente ans avec l’intention de l’utiliser le week-end. Ce que j’ai fait, mais pas forcément avec une très grande régularité. Quand il ne fait pas beau ou qu’il fait froid, on n’a pas forcément envie de sortir (surtout l’hiver) et puis certains week-ends, on préfère faire autre chose et cette activité est restée assez intermittente.
L’entreprise ou je travaillais a déménagé et j’ai saisi cette opportunité pour aller au travail a vélo. L’endroit ou je circulais était très mal aménagé, plutôt dangereux et interdit aux vélos pour une partie mais le temps de parcours de 25min était très en dessous des 45 min nécessaires en transport en commun et un temps indéterminable en voiture (très dépendant de l’heure de passage et des aléas de la circulation).
J’ai rapidement constaté les effet bénéfiques pour ma santé et la disparition des petits maux de la vie courante. Alors que je commençais a faire des angines régulièrement, chose très inhabituelle pour moi, je n’ai plus jamais eu de rhume ou d’angine et c’est seulement au bout d’un peu plus de dix ans que j’ai eu à nouveau une grippe.
Me rapprocher de Paris me causait aussi des problèmes à cause de la pollution plus importante et j’avais des problèmes de sommeil qui se sont résorbés (je pense qu’ils étaient liés à la pollution).
Par ailleurs, suivant un régime pour contrôler mon poids, avoir un minimum d’activité me permettait de manger un peu plus car quand on n’a aucune activité physique et qu’on a suivi un régime, la portion alimentaire permettant de maintenir son poids devient extrêmement faible (environ 800 kcal/jour pour moi – pour environ 67 kg). Un régime rend votre corps d’une efficacité redoutable pour l’assimilation des aliments et vous avez besoin de beaucoup moins de nourriture qu’une personne ‘normale’.
Manger un peu plus permet de libérer un peu l’énorme astreinte et la colossale frustration que représente le suivi permanent d’un régime (c’est pour ça que seulement 3% des gens arrivent à tenir sur la durée). Le sport ne suffit pas à maigrir, mais il aide à contrôler la situation.

Aussi, quand on avance en age, les capacités physiques ont tendance à baisser et un exercice régulier permet de maintenir un état physique meilleur que celui d’une personne vingt ou trente ans plus jeune mais totalement sédentaire.

Bref, quand on arrive à la cinquantaine dans notre société ultra-sédentaire, on n’a pas beaucoup d’options si on veut éviter la déchéance physique. Le vélo est une réponse possible qui a aussi bien des avantages pratiques.

(c) Pierre ROUZEAU
Privacy - Vie privée - Imprimable - Rechercher
Page mise à jour le 06/09/2019 13:00