Vélo de ville

Edit:08 juin 2017, Cre:23 sept. 2013

Mes choix

Le vélo

Je vais travailler à vélo tous les jours depuis six ans et j'ai eu successivement trois vélos. Mes parcours ont toujours été courts (5 km puis 2km aller) et en légère déclivité. Il y a beaucoup d'arrêts et de changements.
Mes deux premiers vélos m'ont déterminé dans l'achat d'un vélo dédié a cet usage, en complément à un VTC que j'utilis(ait) pour des sorties de week-end. On m'a volé mon premier vélo (un B'Twin 7), j'ai totalement détruit le deuxième (un vélo de route à cadre 'femme').
Mon vélo de ville actuel (depuis six ans): Un Jubilée de marque Kalkhoff taille S (small), cadre femme, roues de 28" équipé d'une boite 7 vitesses Nexus, d'une suspension avant, d'une selle suspendue et d'une dynamo de moyeu. Le phare avant d'origine correct (10 Lux) a été rempacé par un phare de 25 lux et l'éclairage arrière reste allumé plusieurs minutes après arrêt. Les pneus ont des bandes réfléchissantes sur les cotés. Il y a une béquille et un porte-bagage arrière robuste (25 kilos de charge). C'est un vélo tout aluminium d'un poids de 17 kg pile (les tailles au dessus sont un peu plus lourdes). Son prix actuel est de 500 Euros avec un boite de vitesse SRAM. J'ai dû changer la selle d'origine trop raide et la potence un peu inadaptée à ma morphologie (pour éloigner un peu le guidon afin de le descendre plus). Je regrette de n'avoir pas pris le modèle supérieur mieux équipé, le Voyager 8 au prix actuel de 600 Euros.
Ce prix peut paraître élevé par rapport à des vélos de grande surface mais il est le plus bas que l'on puisse trouver à ce niveau d'équipement. Le gros défaut du Jubilée, c'est qu'il est livré d'office avec un freinage à rétro-pédalage qui est une véritable gêne. Le Kalkhoff Voyager 8 n'a pas freinage a rétropédalage et est mieux équipé (Boite Nexus 8 vitesses, commandes de freins, selle, jantes et éclairage).
Un des vélos comparable sur le marché et le Giant CS3 mais il n'est plus disponible. Si ce vélo n'a pas de freinage à rétro-pédalage (c'est à vérifier), c'est une autre possibilité. La boite de vitesse Nexus 7 qui permet de changer les vitesses à l'arrêt est très pratique. La plage est moindre que sur un vélo ordinaire mais suffisante s'il n'y a pas de déclivité trop grande (> 10%). Une boite trois vitesses ne suffit pas pour un usage confortable.
Si vous êtes un peu plus en fonds, le Kalkhoff Image 8-G (sur commande) est en plus équipé de freins sur jante à commande hydraulique (utile si votre vélo passe beaucoup de temps dehors) et d'un éclairage hors du commun. N'oubliez pas qu'un vélo bien équipé attire les voleurs... Sans ce risque, j'aurai rééquipé le mien de freins similaires (100 euros + le montage).

Je ne suis pas très grand (1,67m) et si c'était à refaire, je prendrai des roues de 26" (650), plus adaptées aux très fréquents changements de rythmes de mes parcours -Je m'arrête aux feux rouges-. Je suis très content de la boite de vitesses Nexus dont j'abuse beaucoup.

J'y ai ajouté les équipements suivants

  • Catadioptres de roues (c'est obligatoire en France et Kalkhoff est une marque allemande qui néglige les lois françaises).
  • Écarteur de danger (bras articulé avec un réflecteur) pour Cinq Euros
  • Un feu stop et des clignotants pour 2 euros!
  • Nouveau phare avant à LED (au lieu d'une ampoule halogène), me donnant un éclairage de 25 Lux à 10 m au lieu de 10 Lux
  • Nouveau feu arrière à LED avec maintien de l'éclairage à l'arrêt par condensateur (le maintien se faisait par pile sur le feu d'origine)
  • Une suspension de selle à parallélogramme Suntour SP12-NCX, nettement plus performante que la suspension télescopique d'origine (et aussi un peu plus lourde).
  • Un rétroviseur (monté sous le guidon).

Le bilan du Kalkhoff Jubilée après un peu plus de 13 000 km et six ans.

Il sert 4 à 5 jours par semaine, la majorité du temps en ville. Le week-end, je n'hésite pas à l'emmener sur les chemins car il est solide et c'est beaucoup plus confortable que mon VTC. Il n'y a pas de crainte à avoir pour les pneus sur les chemins mais la boue est à éviter impérativement car ça devient très acrobatique.
Le vélo passe une partie non négligeable de ses journées dehors car je n'ai jamais eu d'abri pour stationner en journée. La nuit il repose au chaud dans un box.
L'entretien est raisonnable et en plus des pièces listées ci-dessus j'ai du changer :

  • Patins de freins avants tous les 2500 km environ, tous les 5000 km pour les freins arrières
  • Câbles de freins vers 6000 km (en fait c'est plutôt les gaines que j'aurais dû changer)
  • Câble de commande de boite de vitesse vers 7000 km, changé bien trop tard, j'ai eu des difficultés
  • La chaîne vers 8000 km
  • Le feu arrière vers 10000 km, dont les faux-contacts m'ont ennuyé pendant plusieurs années
  • La béquille latérale vers 10000 km, de très mauvaise qualité, remplacée par une béquille double (lourde et peu pratique à l'usage)
  • Les pneus vers 9000 km. Ils n'étaient pas totalement usés, mais devenus très sensibles aux crevaisons. J'ai pris des Schwalbe Marathon Mondial, dont je trouve le rendement faible (il faut bien les gonfler: 4 bar).

Il faut noter que Je n'ai jamais eu à retendre les rayons de roue.
Les jantes aluminium s'usent avec le freinage.

Les antivols

Mes choix: Antivol de cadre AXA defender (690 g, 25 Euros) et U Trelock BS510 (1640 g, 50 Euros)+ un câble pour la selle. Ça fait 2.5 kg pour les antivols, mais il n'y a pas d'option. J'ai perdu 500 Euros quand on m'a volé mon premier vélo!
L'AXA defender garde la clef prisonnière quand il est ouvert. C'est peu pratique et pour cette raison, on pourrait lui préférer l'ABUS 4850 (38 Euros). Évitez l'ABUS Amparo 495, moins cher mais pas assez robuste.

L'habillement

  • Par grand froid je porte un blouson de randonnée court sur une chemise. Je mets un pull léger en dessous s'il gèle à pierre fendre.
  • Par temps froid une polaire coupe-vent sur une chemise
  • Par température moyenne un sweat-shirt léger sur une chemise ou chemisette
  • En toutes saisons un pantalon de randonnée en coton léger, avec des guêtres de ski s'il fait très froid. Les pinces à vélo ne tiennent pas et sont inconfortables.

L'hiver je mets une cagoule ou un bonnet sous le casque et les autres saisons un bandeau de tennis pour couvrir mes oreilles (même en été).

  • Des chaussures basses de randonnées, que je change en arrivant au bureau - c'est indispensable pour ne pas trop transpirer. Des sandales en été.
  • Quand je n'ai pas le blouson d'hiver, je mets un gilet sans manches pour avoir des poches.
  • Et... le fameux gilet fluo, qui ajoute la délicate touche finale d'élégance.
  • Un sac à dos léger de 20 l pour les vêtements de pluie, un pull ou un sweat, le nécessaire de réparation des crevaisons et un multi-outil, plus les papiers ou l'ordinateur quand c'est nécessaire (si vous emmenez un ordinateur tous les jours, il vaut mieux le mettre sur le porte-bagage dans un sac adapté ou dans une sacoche latérale).
  • Hormis les chaussures, je ne me change pas en arrivant au bureau, mais je mets un pull en arrivant (pas en été, bien sûr...)

Le casque

Je possède un casque de sport, que je trouve plus pratique qu'un casque 'de ville'. Il est mieux ventilé et la casquette protège du soleil de face.
C'est un Bell 'Crossfire' (30 Euros) relativement confortable et durable (je l'ai remplacé par le même au bout de cinq ans suite à une rencontre brutale avec une porte de garage). Un petit défaut, les sangles sont un peu rigides, ce qui nuit au confort. Son réglage n'est pas des plus pratique et il faut bien faire 'circuler' les sangles et ne pas hésiter à les raccourcir. Prendre son temps pour le réglage.

Par temps de pluie

Je met un blouson de pluie ventilé très voyant et un couvre-cuisses jaune avec des guêtres multicolores. La protection est moyenne mais on transpire moins que dans un pantalon étanche. Comme je l'ai déjà souligné, la pluie n'est heureusement pas si fréquente. Mon parcours est court (moins d'une demi-heure) et même les jours de pluie j'échappe le plus souvent aux averses.
J'ai aussi une cape de pluie spécial vélo qui couvre le guidon. C'est efficace quand il pleut beaucoup, mais il faut y ajouter des protections sur le bas des jambes (surbottes/guêtres). Cette cape est assez lourde et a une prise au vent considérable. J'ai pris un modèle de bonne qualité, mais vu la fréquence d'utilisation, c'est de l'argent gaspillé et le poids est important. Prenez plutôt un premier prix léger.

Les inconvénients

Comme je ne me change pas en arrivant (sauf les chaussures), ma tenue manque d'élégance, mais ce n'est pas une chose qui me préoccupe et mon métier ne l'exige pas.

Les commentaires des collègues dans l'ascenseur....

  • Vous n'avez pas froid ?
les hivers 2011 et 2012 ont été exceptionnellement froids, avec plus de trois semaines à -6/-8°C en région parisienne. Beaucoup semblaient surpris de me voir rouler par ce temps et m'ont demandé si je n'avais pas froid. "Euh non, au contraire j'ai plutôt chaud..."
  • Vous êtes courageux de rouler par ce temps!
Suite au vol de mon vélo, j'ai pris le bus pendant un peu plus d'un mois et reprendre le vélo a été un vrai soulagement. Je me suis enfin payé un vélo confortable et adapté.
Alors, non, je ne suis pas courageux, le vélo c'est nettement plus confortable qu'un bus bondé aux horaires irréguliers. Et sur mon parcours, je gagne un quart d'heure un prenant le vélo... Quand à la voiture, elle ne peut s'envisager qu'en se levant à 6 heures du matin...
  • Vous êtes sportif!
Euh non, pas vraiment. Je n'ai jamais eu un bon potentiel physique et je ne suis plus très jeune. Mais il est vrai que cet exercice quotidien a bien amélioré ma condition générale.
(c) Pierre ROUZEAU
Éditer - Historique - Imprimable - Changements récents - Rechercher
Page mise à jour le 08/06/2017 00:02